lundi 20 octobre 2014

Concours Art cousu : la jupe d'Emilie

Avez-vous vu passer le concours d'automne de Thread&Needles ? Le thème est de coudre une pièce de vêtement inspiré d'une oeuvre, dans un sens très large (peinture mais aussi film, BD, architecture... tant que c'est visuel !). 

Du côté de la rédaction, on s'est dit qu'on allait se prendre au jeu et proposer nos propres versions, hors concours bien sûr. J'étais super motivée par l'idée... et je ne vous cache pas que j'ai finalement trouvé ça trèèès difficile !
J'ai voulu m'inspirer d'un tableau de Klimt, le Portrait d'Emilie Flöge, dont j'aime tout particulièrement les entrelacs de motifs et les grands aplats. C'est un peu classique et bateau de partir sur du Klimt... disons que ce n'était pas mon premier choix, mais que je me suis découragée de mes essais sur un autre tableau ! Et puis le thème est tellement large, il y a tellement de choses à faire, c'était difficile de se fixer sur une oeuvre !Les couleurs du tableau varient beaucoup selon les reproductions. 

Ne l'ayant pas vu en vrai, je ne sais pas trop à quoi m'en tenir... Du coup, je suis plutôt partie sur cette photo de détails qui tire plus vers le bleu :
Le plus difficile, selon moi, c'est de créer un vêtement qui soit portable au quotidien, selon les termes du concours. Pas un déguisement, quoi ! Avec un thème pareil, ça aurait été tout à fait possible de partir sur quelque chose de complètement fantaisiste, mais je voulais coudre une pièce facile à porter, qui s'agence bien avec le reste de ma garde-robe et sans trop d'extravagance. 
Pour essayer de rester dans le subtil, je me suis contenté de personnaliser une poche de ma jupe, avec quelques appliqués, des broderies machine au fil doré et des sequins blancs. Le haut de la poche est simplement bordé de passepoil doré (quelqu'un sait ou trouver cela au Québec ? Fabricville semble pas connaître le concept de passepoil... alors du doré !). 
Rien de vraiment fou, mais ma jupe est inspirée du tableau et tout de même facile à porter selon moi :)
Du reste, la jupe est une simple jupe cercle (enfin, fraction de cercle qui rentrait dans mon tissu) en lin bleu un peu rêche d'ailleurs, qui demanderait un jupon ou un biais de satin pour accrocher moins aux collants (quels sont vos trucs pour ça ?).
Pour la petite histoire, j'ai appris qu'Emilie Flöge, représentée sur ce tableau, était une créatrice de mode autrichienne et qu'elle a commencé sa carrière en gagnant un concours de couture avec la confection d'une robe ! Pas que ma jupe aurait mérité de gagner quoi que ce soit, mais c'est marrant quand même !
J'aime assez cette forme, qui souligne la taille. Ca y est, depuis que j'ai franchi le cap de la première jupe portée par-dessus-le-t-shirt, j'ai l'impression que je ne ferai plus jamais autrement, ha !
Alors, désolée pour les photos un peu floues sur fond d'intérieur en bazar. J'ai essayé de me faire prendre en photos dehors le week-end dernier, mais, comment dire... 
C'est ça !

Alors, vous participez ?

mardi 14 octobre 2014

Gilet fléché (Wyeth cardigan par Alicia Plummer)

Oh lala, c'était une longue pause de blog ça ! 

L'oiseau est un peu occupé ces temps-ci (mais comment faites-vous pour travailler à temps plein et coudre en même temps et étudier ?!). Je me fais à mon nouveau rythme tout doucement, et pour le moment je tricote plus que je ne couds : ça a un petit côté réconfortant et mécanique, en rentrant le soir.
Du tricot, donc ! Mais n'allez pas croire que j'ai fait ce pull en un mois, je suis encore en escargot du tricot... Pour tout vous dire, je l'ai commencé en mai, ha ! Une grosse dizaine d'heures de train Montréal-New York (puis le retour), c'était l'occasion parfaite pour commencer un gros projet. 

Je ne me suis pas trop pressée, sachant que je porterais pas ce gilet avant l'automne. Une fois que j'ai compris mon patron, j'ai tendance à tricoter seulement en regardant des films. Celui-là, je l'ai fini devant l'émission Cousu Main :)
Le patron est le Wyeth d'Alicia Plummer. Il est tricoté en Wool of the Andes de chez Knit picks, coloris Mink Heather. J'ai utilisé 7,5 pelotes pour une taille 36.

Il s'agit de mon premier pull en top down (et mon 2ème pull à vie, yé !). Ah, c'est beaucoup plus pratique de partir d'en haut hein ! J'ai appris plein de choses, notamment à relever des mailles.
(Le pull est droit, moi pas).

J'ai juste fait une rangée de flèches de moins par rapport au modèle, c'était déjà bien assez long ainsi.
Je l'aime beaucoup beaucoup ! Il donne super bien sur une robe, comme vous ne pouvez pas le constater. Aujourd'hui, mon rhume et moi on a traîné avec ce t-shirt Plantain et un pantalon mou, et c'était très bien aussi.
Par contre, c'est sûr que ce serait mieux si je pouvais le boutonner... mais à mon deuxième pull, je ne me sens pas encore assez à l'aise pour modifier les patrons !
Je vais finir ma soirée avec une tisane et un épisode de firefly / la dernière rediffusion de Cousu Main + tricot du bonnet avec les 2,5 pelotes de cette laine qu'il me reste.

lundi 8 septembre 2014

Cambie fleurie (Cambie Dress, Sewaholic)

Il est plus que temps que je vous montre mes robes d'été ! 

En plus de cette petite lignée, j'ai cousu deux autres robes pour profiter du beau temps et des vacances en ville. Celle-ci, cousue en juin, est sans conteste ma grande gagnante : aussitôt cousue, aussitôt portée, lavée, portée, lavée, etc.
Le patron est celui de la Cambie Dress de Sewaholic. Ca fait un moment que je l'avais repéré, totalement dans mon style. Cependant, bon, il est tout de même un peu cher, du coup j'hésitais. J'ai fini par me l'offrir - juste avant que ne sorte la version PDF.



Patron : robe Cambie de Sewaholic
Taille : 0. (flatteur ça, zéro toi-même !)
Modifications : aucune !
Tissu : cotonnade très légère des coupons st-pierre (composition exacte inconnue...)


Néanmoins, ha, je ne regrette pas du tout mon petit investissement !

Déjà, le corsage est tombé parfaitement sur moi, sans aucun ajustement ! Je ne correspondais pas tout à fait au tableau de mesures pourtant, mais la présence d'un tableau des tailles du vêtement fini m'a convaincu de ne pas faire d'ajustement - je crois que je préfère mes robes un peu plus ajustées que ce qui est préconisé, ce qui fait que j'ai pu tout faire en une seule taille.

J'avais cousu une toile, qui est en fait devenue ma doublure. Pratique !
La jupe a une grande ampleur et plein de fronces, mais avec ce tissu très léger, ça passe tout seul (limite on dirait presque que j'ai des hanches, yé !). Le vent était dans ma face, du coup elle a l'air un peu plus courte qu'elle n'est en réalité :) En vrai elle est assez longue, à peine au-dessus du genou, ce qui la rend vraiment tout terrain, position assise pour pique-nique dans le parc compris.

Et vivent les poches, qu'on se le dise !
Ce tissu un peu improbable vient des coupons du Marché St-Pierre de Paris, acheté en 2010 je crois. Ca fait un bail ! Ce qui me fait marrer, c'est que j'ai réalisé un de mes premiers vêtements dedans, visible ici. Pour un truc cousu il y a si longtemps, sans patron et avec des finitions à l'arrache un peu, c'est fou, mais je le mets encore ! 

J'ai pas trop trop changé de goûts en 4 ans il faut croire. Je l'avais même déjà associé à une ceinture noire... mais j'ai désormais un gros penchant pour les robes :)
Je suis très contente des finitions de cette robe : le corsage est entièrement doublé, selon les instructions du patron, la jupe est montée avec des coutures anglaises et son ourlet est réalisé à points invisibles. Très chouette de ne voir aucun bord surfilé en zigzag à l'intérieur ! Ca me conforte dans mon non-achat de surjeteuse. 
J'aimerais beaucoup avoir l'occasion de refaire une robe Cambie ! En attendant, je me prépare à enfiler mes collants pour voir si elle devient aussi ma préférée de l'automne :)

jeudi 28 août 2014

Etiquettes étampées - mes oiseaux

En juillet dernier, j'ai écrit un article pour Thread&Needles décrivant plusieurs façons de fabriquer des étiquettes personnalisées. Je trouvais ça drôle un peu de donner des conseils aux autres alors que je ne vous avais même pas montré ma propre version de la chose. La voici !

J'ai fabriqué mes étiquettes en gravant mon oiseau dans de la gomme à graver et en l'imprimant avec l'encre Versacraft, et pour l'instant tout tient très bien au lavage - mais je suis très délicate avec mes vêtements cousus maison.
Deux robes ci-dessus, qui constituent mes grands classiques d'été - pas encore photographiées portées. Elles ont leur coup de tampon sur la doublure.

Et ci-dessous, des petites étiquettes en papier pour marquer des trousses à aiguilles à tricoter qui seront en vente dans une boutique de Québec (Coeur de Mailles !).
Je cherche encore un tampon à lettres à constituer soi-même, comme on en voit parfois utilisés dans les magasins pour étamper les factures. Je guette !

LinkWithin

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...