Pour bébé M.

Salut blog !

On ne va pas se mentir, j’ai un retard énorme pour te montrer les petites choses que je fabrique de mes blanches mains en ce moment. J’avais tout de même pris le temps de photographier ces petits cadeaux de naissance offerts cet été, qui me tiennent à coeur, alors allons droit à l’essentiel.

Pour petit M., un tricot bien chaud que j’ai pris beaucoup de plaisir à réaliser. Notons qu’il aura fallu 32 petits dessins pour tester l’agencement des couleurs et des rayures.

dsc08273

C’est le modèle « A simple baby pull-over » de Erica Kempf Broughton tricoté en Cascade sport (en double) achetée chez Coeur de mailles à Québec.

dsc08275

Dans le petit paquet, on trouvait aussi un pantalon évolutif en jersey bio Nosh, selon mon patron préféré, soit le parfait « Baby got back » – modifié à la taille, avec une bande de bord côte plutôt qu’un élastique, donc.

dsc08278

Et finalement, la petite guitare silencieuse, pour que ce bébé de guitariste s’essaye à faire comme maman 🙂

dsc08281

Robes de fête

Le patron de la robe Centaurée de Deer&Doe : dès que je l’ai vu, celui-là, j’ai tout de suite visualisé 1000 versions pour ma garde-robe d’été. Une robe à bretelles, c’est quelque chose que je n’avais jamais cousu et qui me manquait. Puis ces découpes au corsage ! Tellement génial pour marier plein de petits bouts de tissus à motifs ou unis. Trop de possibilités.

Je suis une personne raisonnable qui n’achète pas de patrons sur un coup de tête  dès leur sortie (on y croit très fort) – en fait, pas tant parce que je suis raisonnable que parce que j’essaye de finir mes travaux en cours avant d’en commencer de nouveaux, mais bref… Quand ce patron est finalement devenu mien, je me suis rendue compte que ça n’allait pas fitter avec les saisons / la grossesse.

DONC il m’en a fallu du temps pour le réaliser, et j’ai eu le temps d’imaginer encore plein d’autres versions entre temps. MAIS je l’ai faite au début de l’été, et je l’aime beaucoup !

DSC08747

DSC08752

Elle me va très bien en taille 36 sans modifications, ce qui est toujours plaisant. La doublure m’a servi de toile pour le corsage, ça c’est pratique et économique.

Les tissus, de haut en bas : une popeline unie bleu canard Robert Kaufmann (dont j’ai transformé une partie en biais), un coton Robert Kaufmann aussi, tous deux achetés chez Effiloché à Montréal, puis un mélange lin et viscose (viscose ? ça se peut ? Je ne suis plus certaine) très joli et doux et souple et un peu froissé de chez Tania Textiles à Québec.

DSC08766 DSC08767

La petite modification « surprise » et très utile, c’est cette fermeture éclair – à peu près – invisible sur le milieu devant qui me permet d’allaiter. Oui, parce que malgré tout, je suis un peu frustrée de devoir me passer de mes jolies robes légères sans accès aux seins. Là, je suis bien contente de ma solution!

Ca ne change pas grand chose à l’ordre de montage de la robe, j’ai juste fait attention à bien placer la fermeture en sandwich entre l’extérieur et la doublure, au début de la couture. Il faut aussi être assez soigneux au niveau du biais dans l’encolure, ce n’est pas parfait, mais c’est tout de même très satisfaisant et – je crois – le stratagème reste discret.

DSC08762 DSC08771

Pourquoi je parle de « robes de fête »? Cet été, ma mini a eu un an. Je ne pouvais pas ne pas lui coudre de robe pour l’occasion! Ma robe à moi est en fait cousue dans les chutes de la sienne – oui, une robe de grande dans les chutes de celle d’une petite! Mais c’est justement ça qui est top avec Centaurée, la possibilité d’utiliser des tout petits bouts de tissu pour les triangles du corsage.

Je voulais qu’on puisse porter nos robes en même temps pour son pique-nique de fête, alors j’ai essayé de rester subtile – ça semble être passé, la mini n’a pas encore eu honte de s’habiller comme sa maman, ouf!

DSC07831

DSC07804

Je n’ai pas beaucoup de photos de sa robe, et si j’attends d’en avoir de meilleures, cet article ne verra probablement jamais le jour!

C’est la « mapgie » (modèle 10) du Ottobre 4/2014. Un chouette petit modèle déjà réalisé ici pour ma filleule. C’est pas mal la même recette : de gros boutons en bois et une doublure toute douce dans mon vieux drap de lit préféré. J’ai ajouté quelques broderies parce que, bon, robe de fête oblige!

Le gros vichy (2 de 2) : Barboteuse à pomme

Avec le reste du coupon (d’un mètre !) de Vichy noir et blanc de ma jupe, j’ai fait une petite barboteuse pour ma fille. Tant que les chutes sont encore sorties, autant ne pas les ranger et les couper tout de suite !

DSC08726

Le patron est celui de la barboteuse de Puperita, déjà réalisée deux fois – et montré ici une fois, cette fois-ci en taille un an. Il est clair, bien fini, je l’aime bien. Il y a juste, selon moi, un peu de confusion au niveau du boutonnage à l’entre-jambe, je ne comprends jamais trop ce que le patron veut que je fasse et je fais quelque chose de différent chaque fois… mais ça fonctionne.

DSC08728 DSC08733

La barboteuse, en taille un an, est un peu grande pour ma poussinette de un an, mais ça va être chou cet automne avec des collants. Elle l’a tout de même bien portée cet été lors des grosses chaleurs, le tissu étant très léger – et la petite doublure du haut, dans un ancien drap de lit, est super douce contre la peau.

DSC08807

Un joli petit modèle – qui serait sympa également en petite robe ou blouse ! Mais pour un bébé qui se déplace principalement à quatre pattes, c’est plus pratique comme cela.

Les petits duos mère/fille, à la manière d’Emilie des Créations du papillon, ça utilise les chutes de tissus et c’est bien rigolo à faire. Il faut juste être attentif à ne pas sortir assorties !

La petite garde-robe d’hiver

Un bel article à contre-saison, encore un!

Je veux vous montrer les petits habits cousus pour ma bébé-fille cet hiver, surtout maintenant que la plupart d’entre eux sont remisés dans une caisse pour une hypothétique petite soeur / cousine / …

A chacune de ces petites coutures, je me suis dit que ça ne valait pas un article de blogue… Puis maintenant, je suis un peu triste de ne pas avoir consigné mes créations au fur et à mesures. Je vous offre donc l’article fouilli !

Ne pas chercher de cohérence de style dans tout cela, ce n’est pas une collection hein. Il s’agit de réalisations faites pour combler chaque fois un manque ou une envie précise, de préférence avec de petites retailles de tissus.

DSC06968 DSC06965

Deux sweats raglans de Brindille&Twigg (lien qui me donne des points et vous 15% de rabais sur un premier achat), de mémoire en 3-6 mois et 6-9 mois. Je ne conseille pas particulièrement ce patron, surtout pour les très petits, car la tête a du mal à passer – j’ai dû agrandir l’encolure. De plus, on trouve ce genre de modèle dans les magazines Ottobre, ce qui revient moins chers. Mais tsé, un besoin imminent de raglan, là tout de suite, donc d’un PDF à imprime, ça ne se raisonne pas.

DSC06994 DSC06998

En parlant d’Ottobre, un body manches longues et une photo fripée (argh, la mise en scène est assez difficile avec une petite qui veut juste tout attraper!). Les bodys à manches longues sont étonnamment difficiles à trouver en friperie, malgré le froid de ce pays?!

C’est le modèle 1, sausage dog, du magazine Ottobre 4/2014, le même patron qu’ici. C’est en fait mon seul magazine Ottobre pour enfant, et il est bien rentabilisé!

Gros craquage tissu, avec ce Birch moutarde à chevreuils acheté chez Coeur de Mailles. Mais tsé, c’est du bio. Et ça en prend juste un peu. Et c’était son habit de Noël. Pas d’excuses.

DSC06973 DSC06983
DSC05838

Le harem romper, de Brindille&Twigg (lien qui me donne des points et vous 15% de rabais sur un premier achat). Joli et a l’air confo, mais demanderait des boutons à la fourche pour être vraiment pratique.

Encore un craquage tissu, avec ce merveilleux tricot bio de chez Nosh (c’est le « denim look college »). J’en ai pris un tout petit peu pour tester, et je suis vraiment convaincue par la qualité de ce tissu. Il n’a pas bougé aux multiples lavages, il est doux, épais, et l’envers est aussi joli que l’endroit – j’ai utilisé l’envers pour faire le nuage.

DSC06988 DSC07274 DSC05574

Une petite série de pantalons « Baby got back » le meilleur rapport temps de couture vs. temps de portage effectif. Je pense qu’elle a commencé à les porter vers 3 mois, et elle les mets encore à 11 mois. C’était large au début, maintenant ça ressemble plus à des leggings avec les jambes plus courtes, parfait pour l’été sous une tunique. Puis c’est toujours le 0-3 mois, alors que le patron propose une gradation jusqu’au 2 ans, autant dire qu’il y a du potentiel!

J’ai remplacé l’élastique par une bande de jersey pour le confort et le côté évolutif, et pour certaines versions, j’ai fait des bandes de chevilles aussi.

Je conseille ce patron ++ En plus, il est gratuit et il utilise bien les chutes de jersey ! Qui a dit que ce n’était pas efficace de coudre pour son bébé ?! Surtout que les jolis petits leggings du commerces, les grosses fesses de couches lavables n’y rentrent pas bien.

P.S. : Pour un autre style de pantalons, pas photographiés, mais tout aussi convaincants, je vous conseille ceux-ci. Réalisés dans un tissu bien extensible, la plus petite taille fait loooongtemps.

DSC07288 DSC07293 DSC07309 DSC07315 DSC06333

Les « Maggie’s Stay-On baby booties », parfaits petits chaussons-bottes d’hiver, qui effectivement, restent bien aux pieds malgré les multiples tentatives du bébé pour les enlever. Du 3-6, 6-9 et 9-12 mois respectivement, là c’est pas super évolutif, mais ça me donne l’occasion de changer de couleur au moins.

Ca a l’air chaud, ça a l’air confortable, tu peux même en faire à ta taille 🙂

DSC07014

Et je finis par le gilet tricoté par ma maman, dont je ne connais ni le patron (improvisé?) ni la référence de laine, mais dont j’adore le petit style rétro.

Ouf ! On se revoit pour la garde-robe d’été, et en attendant, je vais tenter de coudre un peu pour moi aussi !

La trousse de toilette de H..

Toute petite fille de 9 mois a absolument besoin de sa propre trousse de toilette pour aller en visite chez ses grands-parents. Bien sûr bien sûr.

DSC06450

Je me souviens avoir eu plusieurs fois la pensée qu’elle avait intérêt à la garder jusqu’à sa majorité, sa maudite trousse, vu le temps que j’y passais. La mère pense ça une minute… et se lance dans l’application de passepoil l’instant suivant. Indispensable, le passepoil, pour la trousse de toilette de mon poupon !

DSC06443

Autant dire que ma vieille trousse à moi, elle fait moins la fière, dans la salle de bain des grands-parents.

DSC06462

J’ai copié la forme générale de ma vieille trousse à moi qui, même si elle peut désormais aller se cacher, est bien pratique. Je suis bien fière de mes jolies finitions, parce que j’y ai passé du temps et je me suis appliquée ! J’ai même appris à broder au point de chaînette pour l’occasion.

DSC06453

Petit détail : s’il me restait de la patience, j’aurais gansé de biais les coutures intérieures apparentes, simplement surfilées au point zigzag en ce moment. Il y a toujours moyen de faire mieux ! La crème de fesses, les 3 débarbouillettes et le petit coupe-ongles ne se sont cependant pas plaints jusqu’à présent.

DSC06457

Testé et approuvé par bébé et sa passion pour le machouillage de fermetures éclair.

DSC06477