Le gros Vichy (1 de 2)

Ce printemps, je me suis cousu une jupe qui n’a rien d’exceptionnel, techniquement parlant : des grands rectangles froncés, une ceinture, une fermeture éclair – et des poches, quand même.

La « portabilité » de ce que je couds n’étant pas proportionnelle au temps et à la difficulté de réalisation (hypothèse vérifiée chez vous aussi ?), depuis quelques semaines, je me suis rendu compte que je vivais dedans.

jupe vichy noir et blanc

J’aime beaucoup le Vichy, surtout en noir et blanc. On en voit beaucoup dans les magasins de prêt-à-porter en ce moment, ça me donne vraiment le goût d’en coudre plus. Cependant, mes magasins de tissus locaux sont toujours bien en retard (voir totalement à côté) sur ce genre de tendance, du coup ce n’est pas évident à trouver, si on cherche du vichy pour faire autre chose que des nappes en synthétique.

jupe vichy noir et blanc

Ce vichy à très gros carreaux en coton très doux et léger me faisait de l’oeil depuis un moment, mais j’hésitais… ben parce que je trouvais le motif bien gros ! Et finalement, je ne regrette pas mon achat, il est parfait comme ça.

Pendant que je cousais ma jupe, je suis tombée sur celle de Camille, dont j’adore le style, ce qui m’a confirmé cette intuition : du vichy noir et blanc, c’est fait pour s’entendre avec une jupe froncée taille haute.

jupe vichy noir et blanc

Cette petite chose toute simple s’agence avec tous mes t-shirts, camoufle bien les tâches grâce aux fronces abondantes, a une longueur suffisante pour s’agenouiller auprès d’un bébé à quatre pattes et peu même s’utiliser comme nappe pour un pique-nique improvisé. Je n’en dirai pas plus, c’est la jupe de l’été, ok !

jupe vichy noir et blanc

La petite garde-robe d’hiver

Un bel article à contre-saison, encore un!

Je veux vous montrer les petits habits cousus pour ma bébé-fille cet hiver, surtout maintenant que la plupart d’entre eux sont remisés dans une caisse pour une hypothétique petite soeur / cousine / …

A chacune de ces petites coutures, je me suis dit que ça ne valait pas un article de blogue… Puis maintenant, je suis un peu triste de ne pas avoir consigné mes créations au fur et à mesures. Je vous offre donc l’article fouilli !

Ne pas chercher de cohérence de style dans tout cela, ce n’est pas une collection hein. Il s’agit de réalisations faites pour combler chaque fois un manque ou une envie précise, de préférence avec de petites retailles de tissus.

DSC06968 DSC06965

Deux sweats raglans de Brindille&Twigg (lien qui me donne des points et vous 15% de rabais sur un premier achat), de mémoire en 3-6 mois et 6-9 mois. Je ne conseille pas particulièrement ce patron, surtout pour les très petits, car la tête a du mal à passer – j’ai dû agrandir l’encolure. De plus, on trouve ce genre de modèle dans les magazines Ottobre, ce qui revient moins chers. Mais tsé, un besoin imminent de raglan, là tout de suite, donc d’un PDF à imprime, ça ne se raisonne pas.

DSC06994 DSC06998

En parlant d’Ottobre, un body manches longues et une photo fripée (argh, la mise en scène est assez difficile avec une petite qui veut juste tout attraper!). Les bodys à manches longues sont étonnamment difficiles à trouver en friperie, malgré le froid de ce pays?!

C’est le modèle 1, sausage dog, du magazine Ottobre 4/2014, le même patron qu’ici. C’est en fait mon seul magazine Ottobre pour enfant, et il est bien rentabilisé!

Gros craquage tissu, avec ce Birch moutarde à chevreuils acheté chez Coeur de Mailles. Mais tsé, c’est du bio. Et ça en prend juste un peu. Et c’était son habit de Noël. Pas d’excuses.

DSC06973 DSC06983
DSC05838

Le harem romper, de Brindille&Twigg (lien qui me donne des points et vous 15% de rabais sur un premier achat). Joli et a l’air confo, mais demanderait des boutons à la fourche pour être vraiment pratique.

Encore un craquage tissu, avec ce merveilleux tricot bio de chez Nosh (c’est le « denim look college »). J’en ai pris un tout petit peu pour tester, et je suis vraiment convaincue par la qualité de ce tissu. Il n’a pas bougé aux multiples lavages, il est doux, épais, et l’envers est aussi joli que l’endroit – j’ai utilisé l’envers pour faire le nuage.

DSC06988 DSC07274 DSC05574

Une petite série de pantalons « Baby got back » le meilleur rapport temps de couture vs. temps de portage effectif. Je pense qu’elle a commencé à les porter vers 3 mois, et elle les mets encore à 11 mois. C’était large au début, maintenant ça ressemble plus à des leggings avec les jambes plus courtes, parfait pour l’été sous une tunique. Puis c’est toujours le 0-3 mois, alors que le patron propose une gradation jusqu’au 2 ans, autant dire qu’il y a du potentiel!

J’ai remplacé l’élastique par une bande de jersey pour le confort et le côté évolutif, et pour certaines versions, j’ai fait des bandes de chevilles aussi.

Je conseille ce patron ++ En plus, il est gratuit et il utilise bien les chutes de jersey ! Qui a dit que ce n’était pas efficace de coudre pour son bébé ?! Surtout que les jolis petits leggings du commerces, les grosses fesses de couches lavables n’y rentrent pas bien.

P.S. : Pour un autre style de pantalons, pas photographiés, mais tout aussi convaincants, je vous conseille ceux-ci. Réalisés dans un tissu bien extensible, la plus petite taille fait loooongtemps.

DSC07288 DSC07293 DSC07309 DSC07315 DSC06333

Les « Maggie’s Stay-On baby booties », parfaits petits chaussons-bottes d’hiver, qui effectivement, restent bien aux pieds malgré les multiples tentatives du bébé pour les enlever. Du 3-6, 6-9 et 9-12 mois respectivement, là c’est pas super évolutif, mais ça me donne l’occasion de changer de couleur au moins.

Ca a l’air chaud, ça a l’air confortable, tu peux même en faire à ta taille 🙂

DSC07014

Et je finis par le gilet tricoté par ma maman, dont je ne connais ni le patron (improvisé?) ni la référence de laine, mais dont j’adore le petit style rétro.

Ouf ! On se revoit pour la garde-robe d’été, et en attendant, je vais tenter de coudre un peu pour moi aussi !

La trousse de toilette de H..

Toute petite fille de 9 mois a absolument besoin de sa propre trousse de toilette pour aller en visite chez ses grands-parents. Bien sûr bien sûr.

DSC06450

Je me souviens avoir eu plusieurs fois la pensée qu’elle avait intérêt à la garder jusqu’à sa majorité, sa maudite trousse, vu le temps que j’y passais. La mère pense ça une minute… et se lance dans l’application de passepoil l’instant suivant. Indispensable, le passepoil, pour la trousse de toilette de mon poupon !

DSC06443

Autant dire que ma vieille trousse à moi, elle fait moins la fière, dans la salle de bain des grands-parents.

DSC06462

J’ai copié la forme générale de ma vieille trousse à moi qui, même si elle peut désormais aller se cacher, est bien pratique. Je suis bien fière de mes jolies finitions, parce que j’y ai passé du temps et je me suis appliquée ! J’ai même appris à broder au point de chaînette pour l’occasion.

DSC06453

Petit détail : s’il me restait de la patience, j’aurais gansé de biais les coutures intérieures apparentes, simplement surfilées au point zigzag en ce moment. Il y a toujours moyen de faire mieux ! La crème de fesses, les 3 débarbouillettes et le petit coupe-ongles ne se sont cependant pas plaints jusqu’à présent.

DSC06457

Testé et approuvé par bébé et sa passion pour le machouillage de fermetures éclair.

DSC06477

Nicola aux flamants

Que vois-je ?! Une robe ? Taille… adulte ? Ben ouais, fou de même. De la couture pour personne majeure et vaccinée, on n’avait plus vu ça par ici depuis l’été 🙂

nicola dress sewaholic

Bon, ce n’est pas la robe de l’année (parce qu’elle date de l’année dernière), mais tout de même, elle fait sa place.

Il s’agit de la Nicola Dress de Sewaholic. Ce qui m’a séduit dans ce patron :

– La taille élastique, pas trop ajustée – de même que le corsage qui reste flou = parfait en post-accouchement.

– Boutonnage pour accès facile au bar laitier.

– Le joli col de chemise et les empiècements du haut, sans le côté trop strict d’une robe-chemisier.

– Les super-chouettes finitions pour la parementure, le montage du col, les empiècements doublés à l’intérieur.

Si c’était à refaire, j’enlèverais au moins un bon centimètre de largeur au col. Il est bien trop large, ça gache un peu l’équilibre de l’ensemble je trouve, même si ça ne se voit pas tant ici, en noir.

nicola dress sewaholic

Par contre, elle est un peu longue à réaliser. Un peu longue, comme dans « c’est moyen comme projet, avec un poupon dans les bras ». Je l’ai regretté plusieurs fois cet automne, mais je ne suis pas du genre à laisser tomber un projet de robe… du coup, elle a été mise en pause plusieurs fois pour laisser la place à des petits projets rapides à coudre, plus faciles et plus rapidement satisfaisants, faute de quoi j’y aurais laissé toute ma motivation couture jusqu’à la majorité de mon bébé.

nicola dress sewaholic

Les minis-boutons sont évidemment tous fonctionnels (longue à réaliser, je vous l’ai dit ?), mais seulement les 4 premiers sont utiles, magie de la taille élastique. Franchement, la prochaine fois que je couds une robe toute boutonnée, je pense que je ne m’embarrasserai pas de faire de vraies boutonnières jusqu’en bas, vu qu’elles ne sont jamais ouvertes.

nicola dress sewaholic

(spécial « trouver l’intrus »)

J’avais un peu peur du côté trop loose de l’affaire, donc je l’ai coupée en me basant sur les mesures du vêtement fini plutôt que sur mes mensurations (note à moi-même : ça fait la taille 2).

En parlant de loose : mon ourlet, au secours. Les jupes étant des fractions de cercles, lorsque la robe est suspendue, forcément, le tissu va se détendre à certains endroits. J’avais prévu le coup en suspendant la robe sur un ceinture pendant une journée avant de réaliser l’ourlet, mais elle s’est encore détendue après. Puis mes parementures ont, je crois, légèrement rétréci au lavage – mais pas le tissu à flamants roses – ce qui déforme encore plus l’ourlet. Et je vis avec, parce que ça ne me tente pas DU TOUT en ce moment de la retravailler, ha !

nicola dress sewaholic

Parlons du tissu. Il s’agit d’un crêpe de chine synthétique chopé chez fabric.com, un jour où je devais rentabiliser les frais de port. Les flamants roses mais blancs, avec le bec rouge, je les adore ! Il est très léger, pas si désagréable à coudre mais très fort sur l’effilochage. J’en ai eu largement assez – trop – de 2 yards. La disposition logique des volatiles (à l’envers, à l’endroit, regarde à gauche, regarde à droite, alignés dans la diagonale… tu vois le genre) a achevé les 3 neurones qui me restaient.

nicola dress sewaholic

Cette robe n’a pas encore été beaucoup portée, la faute au tissu très léger, à l’hiver québécois et au porte-bébé qui fait remonter les jupes. J’espère la sortir ce printemps !

Eline & Leia – cadeaux de naissance

Pour deux toutes petites, nées récemment chez mes cousins-cousines, j’ai confectionné quelques affaires à envoyer de l’autre côté de l’océan.

Les petits sacs de couchage / gigoteuses / turbulettes sont les premières choses que j’ai cousues après la naissance de H., cet été – autant dire que ça m’a pris beaucoup de temps, pour de la couture assez simple finalement ! Pareil pour les guirlandes de fanions : des petites choses, mais réalisées par petites tranches horaires.

DSC04588

Petit chat à la peinture textile avec un pochoir en freezer paper.

DSC04591

Le patron de la gigoteuse est celui de Perlipo. Je n’ai pas suivi, par contre, les instructions de montage, j’ai fait à ma sauce. J’ai aussi ajouté une petite patte avec deux pressions pour que la fermeture éclair ne se retrouve pas directement sous le bras du bébé.

Les jolis tissus sont des cotons biologiques Birch achetés chez Coeur de mailles, à Québec. Ils sont si beaux ces tissus et ce qui est bien, c’est qu’il n’en faut pas beaucoup pour faire de l’effet. Du coup, j’ai pu mixer avec du tissu uni (mélange coton et lin). L’intérieur est simplement en polaire.

DSC04599

Les tuques sont un patron maison ! Enfin, « un patron », tsé 🙂 J’ai tricoté quelque chose qui convenait à la tête de H vers 3 mois et j’ai repris la recette pour faire ces petits bonnets, bien couvrants aux oreilles, en utilisant les restes de laines de-ci de-là.

DSC04607

C’est aussi l’occasion de vous montrer les deux sacs de couchage en 0-3 mois que j’avais cousus pour ma fille. J’ai trouvé ces petits sacs tellement pratiques pour mon bébé, du coup je me suis dit que j’allais fabriquer quelque chose d’utile ! 🙂

DSC04614

Tous alignés, ça fait une jolie petite collection.

DSC04620