Robes de fête

Le patron de la robe Centaurée de Deer&Doe : dès que je l’ai vu, celui-là, j’ai tout de suite visualisé 1000 versions pour ma garde-robe d’été. Une robe à bretelles, c’est quelque chose que je n’avais jamais cousu et qui me manquait. Puis ces découpes au corsage ! Tellement génial pour marier plein de petits bouts de tissus à motifs ou unis. Trop de possibilités.

Je suis une personne raisonnable qui n’achète pas de patrons sur un coup de tête  dès leur sortie (on y croit très fort) – en fait, pas tant parce que je suis raisonnable que parce que j’essaye de finir mes travaux en cours avant d’en commencer de nouveaux, mais bref… Quand ce patron est finalement devenu mien, je me suis rendue compte que ça n’allait pas fitter avec les saisons / la grossesse.

DONC il m’en a fallu du temps pour le réaliser, et j’ai eu le temps d’imaginer encore plein d’autres versions entre temps. MAIS je l’ai faite au début de l’été, et je l’aime beaucoup !

DSC08747

DSC08752

Elle me va très bien en taille 36 sans modifications, ce qui est toujours plaisant. La doublure m’a servi de toile pour le corsage, ça c’est pratique et économique.

Les tissus, de haut en bas : une popeline unie bleu canard Robert Kaufmann (dont j’ai transformé une partie en biais), un coton Robert Kaufmann aussi, tous deux achetés chez Effiloché à Montréal, puis un mélange lin et viscose (viscose ? ça se peut ? Je ne suis plus certaine) très joli et doux et souple et un peu froissé de chez Tania Textiles à Québec.

DSC08766 DSC08767

La petite modification « surprise » et très utile, c’est cette fermeture éclair – à peu près – invisible sur le milieu devant qui me permet d’allaiter. Oui, parce que malgré tout, je suis un peu frustrée de devoir me passer de mes jolies robes légères sans accès aux seins. Là, je suis bien contente de ma solution!

Ca ne change pas grand chose à l’ordre de montage de la robe, j’ai juste fait attention à bien placer la fermeture en sandwich entre l’extérieur et la doublure, au début de la couture. Il faut aussi être assez soigneux au niveau du biais dans l’encolure, ce n’est pas parfait, mais c’est tout de même très satisfaisant et – je crois – le stratagème reste discret.

DSC08762 DSC08771

Pourquoi je parle de « robes de fête »? Cet été, ma mini a eu un an. Je ne pouvais pas ne pas lui coudre de robe pour l’occasion! Ma robe à moi est en fait cousue dans les chutes de la sienne – oui, une robe de grande dans les chutes de celle d’une petite! Mais c’est justement ça qui est top avec Centaurée, la possibilité d’utiliser des tout petits bouts de tissu pour les triangles du corsage.

Je voulais qu’on puisse porter nos robes en même temps pour son pique-nique de fête, alors j’ai essayé de rester subtile – ça semble être passé, la mini n’a pas encore eu honte de s’habiller comme sa maman, ouf!

DSC07831

DSC07804

Je n’ai pas beaucoup de photos de sa robe, et si j’attends d’en avoir de meilleures, cet article ne verra probablement jamais le jour!

C’est la « mapgie » (modèle 10) du Ottobre 4/2014. Un chouette petit modèle déjà réalisé ici pour ma filleule. C’est pas mal la même recette : de gros boutons en bois et une doublure toute douce dans mon vieux drap de lit préféré. J’ai ajouté quelques broderies parce que, bon, robe de fête oblige!

Toutes petites robes

Après celle du shower et celle de 1 an, j’ai cousu en décembre la robe des 2 ans de ma filleule dans un tissu acheté à New York en 2014 (oui, j’étais revenue avec une valise assez lourde… c’est tout l’intérêt d’y aller en train !).

DSC05017 DSC05019

Il s’agit d’un modèle issu du magazine Ottobre enfant, le 4/2014, la « magie » (modèle 10). J’aime beaucoup son côté évolutif : on peut coudre les boutons plus bas sur les bretelles pour allonger la robe, qui est par ailleurs assez large. La taille était très bien en ce moment, avec un petit sous-pull, et je pense que ça ira encore bien pour cet été !

DSC05024 DSC05031

Le patron propose en plus de très belle finition, puisque le vêtement est complètement doublé. J’ai utilisé un drap tout doux pour l’intérieur. J’aime beaucoup le rendu, ça fait propre !

DSC05033

Ce très beau tissu, j’ai du mal à l’imaginer dans un vêtement pour moi… J’ai donc réalisé une petite tunique, issu du même magazine. C’est le modèle 6, toujours ottobre 4/2014 donc.

DSC05049 DSC05039

Les finitions de la tunique sont vraiment moins belles par contre – l’encolure et les emmanchures avec du biais, un peu raide de surcroît, sur une si petite taille, c’était risqué. La prochaine fois, ça vaut la peine de faire une doublure complète pour ce modèle également.

Néanmoins, une fois porté, c’est mignon pareil !

DSC04560 DSC04530

 

Le t-shirt (d’allaitement) fleuri

Du pratique, du pratique s’il vous plaît ! Le t-shirt en jersey, a priori tout simple, tout normal, qui va bien avec ma jupe préférée du moment…

DSC04087

Mais ?! Surprise : accès facile au bar laitier !

tshirt allaitement

Je suis partie d’un patron de t-shirt que j’apprécie : le modèle 1, « autumn mood » (nom pertinent !) du magazine Ottobre femmes 5/2013. Une bonne base, que j’avais déjà utilisée ici pour en faire une robe. Le fameux Plantain de Deer&Doe aurait pu fonctionner aussi, ou n’importe quel t-shirt d’ailleurs, mais je voulais quelque chose de plus près du corps que le Plantain.

Pour le « petit truc en plus » qui m’a permis de le porter tout l’été à toutes les sauces sans montrer ma bedaine à tout bout de champ ni étirer l’encolure, je me suis inspirée de ce t-shirt. J’ai donc coupé un deuxième haut à mon t-shirt, plus court, s’arrêtant en dessous de la poitrine. J’ai fini le bas de ce deuxième haut par une bande de jersey pliée en deux d’environ 80% de la largeur du t-shirt à cet endroit. Ca reste bien en place, et c’est facile à relever pour accéder à la couche du dessous, qui a été simplement fendue au niveau des seins.

DSC04099

t-shirt allaitement

L’avantage de ce tissu fleuri très chargé, c’est que le stratagème est bien caché et que mon t-shirt ne révèle pas sa particularité au premier coup d’oeil. Par contre, la qualité du jersey est très décevante, il bouloche déjà partout…

Il est tout de même bien rentabilisé – aussitôt lavé, aussitôt reporté. C’est dans mes projets urgents d’en faire au moins un autre dans ce genre-là pour l’automne !

Le trousseau de la mini : trio de cache-couches

Je m’étais dit que ça ne valait pas trop la peine de coudre pour mon futur bébé : tsé, je risque de passer plus de temps à fabriquer un vêtement que bébé passera à le porter ! Puis je ne sais pas si ça ira, difficile de juger du fit d’un modèle avant la naissance. Passer plein de temps sur des choses potentiellement inutiles, alors qu’il est (sûrement, pas encore creusé) possible de trouver de belles choses en seconde-main…
Puis, on la voit venir assez bien la suite, non ? 🙂

Continuer la lecture de Le trousseau de la mini : trio de cache-couches