Nicola aux flamants

Que vois-je ?! Une robe ? Taille… adulte ? Ben ouais, fou de même. De la couture pour personne majeure et vaccinée, on n’avait plus vu ça par ici depuis l’été 🙂

nicola dress sewaholic

Bon, ce n’est pas la robe de l’année (parce qu’elle date de l’année dernière), mais tout de même, elle fait sa place.

Il s’agit de la Nicola Dress de Sewaholic. Ce qui m’a séduit dans ce patron :

– La taille élastique, pas trop ajustée – de même que le corsage qui reste flou = parfait en post-accouchement.

– Boutonnage pour accès facile au bar laitier.

– Le joli col de chemise et les empiècements du haut, sans le côté trop strict d’une robe-chemisier.

– Les super-chouettes finitions pour la parementure, le montage du col, les empiècements doublés à l’intérieur.

Si c’était à refaire, j’enlèverais au moins un bon centimètre de largeur au col. Il est bien trop large, ça gache un peu l’équilibre de l’ensemble je trouve, même si ça ne se voit pas tant ici, en noir.

nicola dress sewaholic

Par contre, elle est un peu longue à réaliser. Un peu longue, comme dans « c’est moyen comme projet, avec un poupon dans les bras ». Je l’ai regretté plusieurs fois cet automne, mais je ne suis pas du genre à laisser tomber un projet de robe… du coup, elle a été mise en pause plusieurs fois pour laisser la place à des petits projets rapides à coudre, plus faciles et plus rapidement satisfaisants, faute de quoi j’y aurais laissé toute ma motivation couture jusqu’à la majorité de mon bébé.

nicola dress sewaholic

Les minis-boutons sont évidemment tous fonctionnels (longue à réaliser, je vous l’ai dit ?), mais seulement les 4 premiers sont utiles, magie de la taille élastique. Franchement, la prochaine fois que je couds une robe toute boutonnée, je pense que je ne m’embarrasserai pas de faire de vraies boutonnières jusqu’en bas, vu qu’elles ne sont jamais ouvertes.

nicola dress sewaholic

(spécial « trouver l’intrus »)

J’avais un peu peur du côté trop loose de l’affaire, donc je l’ai coupée en me basant sur les mesures du vêtement fini plutôt que sur mes mensurations (note à moi-même : ça fait la taille 2).

En parlant de loose : mon ourlet, au secours. Les jupes étant des fractions de cercles, lorsque la robe est suspendue, forcément, le tissu va se détendre à certains endroits. J’avais prévu le coup en suspendant la robe sur un ceinture pendant une journée avant de réaliser l’ourlet, mais elle s’est encore détendue après. Puis mes parementures ont, je crois, légèrement rétréci au lavage – mais pas le tissu à flamants roses – ce qui déforme encore plus l’ourlet. Et je vis avec, parce que ça ne me tente pas DU TOUT en ce moment de la retravailler, ha !

nicola dress sewaholic

Parlons du tissu. Il s’agit d’un crêpe de chine synthétique chopé chez fabric.com, un jour où je devais rentabiliser les frais de port. Les flamants roses mais blancs, avec le bec rouge, je les adore ! Il est très léger, pas si désagréable à coudre mais très fort sur l’effilochage. J’en ai eu largement assez – trop – de 2 yards. La disposition logique des volatiles (à l’envers, à l’endroit, regarde à gauche, regarde à droite, alignés dans la diagonale… tu vois le genre) a achevé les 3 neurones qui me restaient.

nicola dress sewaholic

Cette robe n’a pas encore été beaucoup portée, la faute au tissu très léger, à l’hiver québécois et au porte-bébé qui fait remonter les jupes. J’espère la sortir ce printemps !

Cambie fleurie (Cambie Dress, Sewaholic)

Il est plus que temps que je vous montre mes robes d’été ! 
En plus de cette petite lignée, j’ai cousu deux autres robes pour profiter du beau temps et des vacances en ville. Celle-ci, cousue en juin, est sans conteste ma grande gagnante : aussitôt cousue, aussitôt portée, lavée, portée, lavée, etc.
Le patron est celui de la Cambie Dress de Sewaholic. Ca fait un moment que je l’avais repéré, totalement dans mon style. Cependant, bon, il est tout de même un peu cher, du coup j’hésitais. J’ai fini par me l’offrir – juste avant que ne sorte la version PDF.


Patron : robe Cambie de Sewaholic
Taille : 0. (flatteur ça, zéro toi-même !)
Modifications : aucune !
Tissu : cotonnade très légère des coupons st-pierre (composition exacte inconnue…)

Néanmoins, ha, je ne regrette pas du tout mon petit investissement !
Déjà, le corsage est tombé parfaitement sur moi, sans aucun ajustement ! Je ne correspondais pas tout à fait au tableau de mesures pourtant, mais la présence d’un tableau des tailles du vêtement fini m’a convaincu de ne pas faire d’ajustement – je crois que je préfère mes robes un peu plus ajustées que ce qui est préconisé, ce qui fait que j’ai pu tout faire en une seule taille.
J’avais cousu une toile, qui est en fait devenue ma doublure. Pratique !
La jupe a une grande ampleur et plein de fronces, mais avec ce tissu très léger, ça passe tout seul (limite on dirait presque que j’ai des hanches, yé !). Le vent était dans ma face, du coup elle a l’air un peu plus courte qu’elle n’est en réalité 🙂 En vrai elle est assez longue, à peine au-dessus du genou, ce qui la rend vraiment tout terrain, position assise pour pique-nique dans le parc compris.
Et vivent les poches, qu’on se le dise !
Ce tissu un peu improbable vient des coupons du Marché St-Pierre de Paris, acheté en 2010 je crois. Ca fait un bail ! Ce qui me fait marrer, c’est que j’ai réalisé un de mes premiers vêtements dedans, visible ici. Pour un truc cousu il y a si longtemps, sans patron et avec des finitions à l’arrache un peu, c’est fou, mais je le mets encore ! 
J’ai pas trop trop changé de goûts en 4 ans il faut croire. Je l’avais même déjà associé à une ceinture noire… mais j’ai désormais un gros penchant pour les robes 🙂
Je suis très contente des finitions de cette robe : le corsage est entièrement doublé, selon les instructions du patron, la jupe est montée avec des coutures anglaises et son ourlet est réalisé à points invisibles. Très chouette de ne voir aucun bord surfilé en zigzag à l’intérieur ! Ca me conforte dans mon non-achat de surjeteuse. 
J’aimerais beaucoup avoir l’occasion de refaire une robe Cambie ! En attendant, je me prépare à enfiler mes collants pour voir si elle devient aussi ma préférée de l’automne 🙂