Le pantalon du garçon ! (Jedediah Pants – Thread Theory)

J’ai cousu un pantalon !

Il s’agit des Jedediah Pants de Thread Theory, que je voulais essayer depuis un moment – mais pas moyen de mettre la main sur un tissu inspirant. Le porteur-du-pantalon était d’accord pour une autre couleur que noir ou bleu, du coup, bon, je ne voulais pas bêtement acheter du noir ou bleu !
J’ai trouvé mon tissu idéal chez Mood, à New York, la classe quand même. C’est une sorte de gros coton avec un côté tout doux, genre peau de pêche. Fesses de pêche, désormais.
C’est la deuxième fois que je couds un pantalon, il y a une nette amélioration par rapport à la première fois ! Je me souviens que ça m’avait semblé assez pénible… les explications de Burda étaient plus compliquées à suivre et le modèle moins moderne.
Cette fois-ci, ça s’est passé bien plus facilement ! J’étais dans un état d’esprit spécial, du genre concentrée, pas créative, renfermée sur ma tâche. Genre c’est la fin des vacances. C’est allé vite du coup, et ça m’a fait du bien !
Patron : Jedediah Pants de Thread Theory
Taille : 32
Tissu : Coton de chez Mood
Modification : Un peu repris au niveau des cuisses
Alors, il faut quand même que je vous dise, pour être honnête : je suis vendue à Thread Theory. J’ai en effet eu la chance de travailler avec eux sur les traductions françaises de leurs patrons. Leurs instructions sont vraiment très détaillées, j’ai appris beaucoup beaucoup de choses en faisant ça, puis en cousant le pantalon à mon tour. Mais je les trouvais déjà très cool avant, bon !
L’intérieur – personne ne le voit, et c’est bien dommage vu le temps que j’y ai passé ! Les poches sont cousues dans l’ancien rideau de notre ancienne cuisine, ça fait un souvenir. J’ai fait du biais assorti, parce que quand même, c’est important la beauté intérieure…
Le patron propose vraiment de chouettes finitions, le tout devrait être pas mal durable. Un pantalon d’homme, ça peut faire peur au couturier-amateur, mais ici on a pratiquement tout un cours pas à pas (oui je suis vendue !).

Quand même, coudre des pantalons ne deviendra pas ma nouvelle passion – c’était plus un petit défi pour moi (ET une nécessité pour cette paire de jambes qui ne s’achète jamais rien). Techniquement, c’est super intéressant d’apprendre à faire ça, mais les amusements créatifs sont… limités.

Le plus fou-fou : le choix d’une couleur de fil pour les surpiqûres !

Je ne sais pas trop quand on reverra un pantalon par ici, c’est quand même beaucoup de travail ! Heureusement que le modèle tombe bien sur le postérieur de mon bien-aimé, parce que je n’ai pas eu le courage de faire une toile. Au final, j’ai juste un peu repris de largeur au niveau des cuisses.
Quand à me coudre un pantalon pour moi… c’est pas pour demain !

Strathcona Henley

On l’a déjà vu par ici il n’y a pas longtemps du tout, celui-là ! 
Je me la joue, genre, regardez comment je suis généreuse, je couds pour mon copain – mais en fait, je suis bien contente d’avoir un prétexte barbu et consentant pour essayer les patrons de Thread Theory. Ici, c’est donc le « Strathcona Henley« , un t-shirt bien confortable avec une patte polo.
C’est chouette de pouvoir lui coudre autre chose qu’une chemise, qui n’est pas mon exercice préféré. Ici, c’est bien plus rapide déjà, plus décontracté, puis j’aime beaucoup ce style.
Le boutonnage n’est pas évident-évident à réaliser, mais les indications du livret sont bien claires. J’ai paniqué en les lisant une première fois, parce que je ne visualisais pas du tout… Du coup, j’ai fait étape par étape exactement ce qui était écrit, et ça s’est très bien passé !
Par contre, je l’ai cousue dans un tissu stable contrastant, et c’était une bonne idée, car je pense que je me serais arraché les cheveux à la tenter dans le même tissu que le reste du t-shirt. Ce gris chiné est superbe et je l’aurais bien gardé pour moi, mais ce n’est clairement pas le meilleur choix : il s’agit de viscose très très souple et légère. Le prochaine fois je choisirai un jersey avec plus de tenue.
Du reste, j’ai juste fait une petite surpiqure en plus autour des manches pour plus de tenue. Ah et on a ajusté la longueur des manches sur le modèle directement, et on s’est bien plantés. Du coup j’ai dû refaire des manchons très larges, mais ce n’est pas dérangeant.
(la joie des photos à l’intérieur en hiver)
Un modèle bien amusant à coudre : un petit point technique, de l’amusement dans les choix des tissus et des boutons, rapide et qui sera beaucoup porté. Je valide !